L’équipe du Débrief’Mag est partie à la rencontre de Better : une web-App qui soutient des associations. Nous avons pu leur poser quelques questions.

 

Better est un web-App de soutien à des associations. Comment est- ce que cela fonctionne ? D’où est venue l’idée ?

Better est un abonnement solidaire. Cela s’adresse essentiellement aux individus âgés de 30 à 45 ans, mais tout le monde est bienvenu. On a fait le constat que beaucoup de personnes ont envie d’investir dans des projets qui leur tiennent à coeur comme l’éducation, la pauvreté, etc. Ces personnes ont envie d’agir mais elles ne savent pas par où commencer, surtout pour les 35-40 ans car c’est à ce moment qu’on construit sa carrière, sa famille ou bien les deux. Souvent, ces personnes se dirigent vers le don d’opportunités: des associations conseillées par des proches ou connaissances. Cela est bien, mais on a pas une satisfaction du don. Il n’y aucune stratégie philanthropique autour de ce don. L’idée est d’accompagner ces personnes en tant que conseiller « digital ». Les montants sont petits; on ne peut pas avoir avoir de conseiller privé comme pour les grandes offres. De ce fait, si on mutualise tout le monde et qu’on met ensemble tous ces donateurs via une app, on peut offrir ce service. 

Aujourd’hui, l’app est très simple. Il suffit de se connecter et de choisir la thématique qui vous intéresse. Tous les mois, nous vous proposons une association qui agit sur le terrain. Celle-ci est proposée via une vidéo de 90 secondes qui vous donne l’envie d’en découvrir plus. Si vous êtes emballés, très bien ! Si pas, nous vous proposons une autre association.

 

Les associations doivent-elles remplir certains critères pour se trouver sur Better ?

Oui. Nous avons deux types de critères. Le premier est que ces associations aient un siège en Belgique et le second s’attarde plus sur la sélection des associations.  Aujourd’hui, plus de 90% de nos donateurs choisissent l’éducation et/ou la pauvreté comme thématique. Nous nous préoccupons d’abord des associations qui oeuvrent dans ces catégories là par rapport à d’autres. Nous avons une obligation de réponse à cette demande. Pour la sélection, les associations ont un appel d’introduction. Si tout est bon, on leur envoie une fiche qu’elles remplissent et cela est envoyé à un comité de validation. Ce comité valide l’entrée de l’association sur des critères objectifs.

 

Depuis combien de temps Better existe ?

Nous travaillons sur le projet depuis le mois de janvier et il est disponible depuis le mois de juin.

 

Pourquoi est-ce important d’avoir une application comme Better ?

C’est essentiel pour démocratiser la philanthropie et pour pouvoir faire du don. C’est très démocratique (min 5€/mois) et chaque personne peut participer au changement.

 

Combien d’associations sont affiliées à votre plateforme ?

Aujourd’hui, on en a une quinzaine et notre objectif est d’en avoir 100.

 

Quels sont les « plus » de Better par rapport à une autre application ?

Better est la seule qui offre ce côté conseil; c’est une solution clé sur porte. Les autres sont des bases de données. On s’occupe de tout et vous en retirez
le plaisir .

Quels sont les projets pour le futur de la web-App ?

On aimerait devenir une plateforme générale. À force, les personnes qui sont inscrites chez Better auront le goût de cette découverte que nous proposons et voudront continuer à découvrir davantage. Better devra évoluer pour répondre à ce besoin en offrant tout un tas de services. 

 

"La force de Better, c'est comme le vote ou les réseaux sociaux... on se dit qu'un vote ça ne change rien, mais si on s'y met tous on a un pouvoir énorme".
Marie Loge
CEO de Better